AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Balade matinale [Pv Cédrelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiefer
Admin au riz - Roi de Lassian

avatar

Masculin Messages : 159
Date d'inscription : 24/01/2010
Âge : 25
Aura : Indigo

Personnage
État civil: Marié à Cédrelle
Magie: Nécromancie
Petites notes:

MessageSujet: Balade matinale [Pv Cédrelle]   Dim 14 Mar - 21:57

Après une bonne nuit et un délicieux petit-déjeuner, je décidai d'emmener Cédrelle visiter les alentours de la cité. Elle était encore rouge de gêne par rapport au petit incident du matin. Je ne comprends toujours pas comment la vue de mon corps nu a pu la troubler autant. Probablement, n'en-a-t-elle jamais vu auparavant. Plus tard, elle devra assurément en prendre l'habitude, mais ça... je ne lui est pas confié. J'ai opté pour un tour à cheval. Quoi de plus romantique ? Sûrement beaucoup de choses... Après le repas, je guidai Cédrelle vers les imposants bâtiments des écuries. Bien sûr, elle vient de Neyva, la beauté et la finesses des loges équines ne doit pas arriver à la cheville des nôtres. J'ai déjà eu la chance de visiter, une fois, ses titanesques écuries et j'en suis resté subjugué. Même si j'aurai voulu me vanter à propos de celles de ma propre cité, ça n'aurait même pas pu paraître crédible à côté de leur monument et j'aurai eu l'air simplement ridicule.

Nous scellons et arnachons nos chevaux respectifs. Cédrelle possède une jument alezan élancée. Un véritable destrier. Je n'en attendais pas moins d'une monture de Neyva. Pendant que nous bavardons tranquillement, comparons nos cités respectives, nous préparons les chevaux. Cédrelle s'émerveille devant mon cheval, un étalon d'un sombre baie brun et aux crins noirs. Elle l'impecte minutieusement de tous les côtés, en fin connaisseuse qu'elle est. L'animal se nomme Allegretto. Cédrelle s'étonne, me demande si c'est moi qui est choisi le nom. Je lui répond que oui et qu'il n'a pas que le peuple de Neyva qui apprécie la musique. Je lui promet de lui jouer un morceau de piano plus tard.

Nous sortons de l'écurie au pas. L'ambiance s'est détendu. Je la sens beaucoup moins nerveuse et moins gênée... Elle a dû classer l'incident matinal dans la catégorie «à oublier». Nous traversons le chemin de saphir tranquillement. Elle a une incroyable posture à cheval. Probablement meilleure que la mienne. J'admire son talent... Elle fait une excellente cavalière! Je suis presque jaloux... Les passants nous jettent des regards de convoitise, se prosterne à notre venu et surtout... observent la nouvelle reine avec curiosité. Certains lui souhaitent la bienvenue, d'autres se contentent de la fixer, comme s'ils l'analysaient, la testaient. Il est bien normal que le peuple se pose des questions avant de donner sa pleine confiance à une étrangère ! S'ils ne le faisaient pas, ce seraient tous des nigauds et moi avec eux. Un itinérant s'approche d'un peu trop près et fait s'agiter mon cheval, je lui lance un regard noir. Il tend la main vers moi, proclamant quelques sous. Avec un soupir, je sors ma bourse et lui donne bien plus que ce qu'il pouvait imaginer. Avec des yeux ronds, il se confond en remerciement et s'éloigne en baissant les yeux. J'ai envie de lui crier de se tenir comme un homme, de garder la tête haute, mais je m'en abstient... Pour la subtilité, c'est loupé, partout où nous marchons, les regards nous dévisagent. Certains enfants court même à notre suite. Je souris à les voir, ils me font penser à Tristan.

Nous sortons de l'enceinte de la cité et le calme se fait. Les enfants ont arrêtés de nous suivre et les regards ne sont plus là pour nous dévisager, enfin... surtout Cédrelle. La pauvre, j'imagine qu'elle doit se sentir hostile dans ce nouveau coin de pays. Je guide la marche. J'entraîne peu à peu Cédrelle vers les magnifiques champs de lavande. Nous sommes à la bonne saison et ils fleurissent de ce mauve qui leur est si caractéristique à perte de vu.

-Tadam! N'est-ce pas grandiose ? Ici, le calme règne, presque personne ne passe par là, hormis les fermiers, mais ils ne récoltent qu'en fin de saison, c'est-à-dire, dans encore des semaines...

J'observe la réaction de Cédrelle. Son visage est illuminé de bonheur contagieux. Encore une fois, sa beauté exaltante me frappe. Une petite brise qui passe par là, fait tournoyer ses longs cheveux et cela ajoute de la féérie à la scène. J'ai le goût de la prendre dans mes bras, de la serrer contre mon cœur et de lui murmure à l'oreille toute l'étendue de sa beauté et de mon am... De mon quoi ? Euh... S'il y a bien quelque chose qui n'existe pas entre Cédrelle et moi, c'est bien de l'amour. Tout sauf cela. Je la trouve ravissante, elle a de cette essence qui m'hypnotise, qui me donne envie de me griser d'elle, de l'avoir près de moi... Mais... tout ça, ce n'est qu'un sentiment. Enfin... je pense ? Je chasses ses drôles d'idées de ma tête. Je n'ai jamais été amoureux, enfin pas au plan que dépeignent les poètes. Certes, j'ai éprouvé de l'attirance physique, mais autrement... non.

Je regarde l'infini de lavandes devant moi. On ne peut même pas apercevoir la finalité de ces champs. Soudain, cela me donne un sursaut d'envie de liberté. Je me sens inspiré et sans crier gare, je talonne Gretto, l'animal entame aussitôt sa course. Je lance un défi idiot à Cédrelle, comme un vulgaire gamin, mais je m'amuse trop bien pour m'en formaliser.

-Le dernier au bout perd !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleagar.forumactif.com
Cédrelle
Admin Michante - Reine de Lassian

avatar

Féminin Messages : 99
Date d'inscription : 24/01/2010
Âge : 25
Aura : Rose

Personnage
État civil: Mariée à Kiefer
Magie: Légilimancie
Petites notes:

MessageSujet: Re: Balade matinale [Pv Cédrelle]   Dim 14 Mar - 23:28

Je me suis trop goinfrée au déjeuner, et voilà, j'en subis les conséquences. Je ne savais tellement pas quoi dire après l'incident de ce matin, que j'ai passé mon temps à m'empiffrer. Comme cela, j'avais une excuse pour ne être des plus bavardes. Il faut dire aussi qu'après mon quasi-jeûne des dernières semaines, manger me fait un bien fou! Et ce bon petit repas équilibré, composé d'oeufs et de fruits frais me paraissait trop alléchant. Je suis une fille avec un appétit d'oiseau. Ce matin, cependant, je me suis changée en ogre. J'espère que Kiefer n'a pas remarqué ma gourmandise. De toute façon, il s'agit maintenant du moindre de mes soucis, car je me sens vraiment trop pleine, comme sur le point d'exploser. Mon ventre semble baloter dans un mouvement continu de va-et-vient sous mes yeux fatigués. Cela me donne la nausée, mais je n'y pense pas, car toute mon attention est tournée sur mon mari qui m'emmène dehors. Nous passons par les écuries où je retrouve avec une joie immense ma brave Allastra. Ma jument est au sommum de sa forme, juste dans la force de l'âge. Ses yeux pétillent d'intelligence et de bonheur soucieux. Je reconnaîtrais ce regard entre mille. Ma soeur équestre a toujours peur de me perdre. Lorsque j'étais un peu plus jeune, je suis tombée alors qu'elle s'est emportée devant la vision d'un ours, lors d'une de nos prommenades en forêt. Depuis, j'ai l'impression qu'elle regrette ce geste et désire par-dessus tout se racheter.

Voir quelque chose d'aussi familier dans ce milieu inconnu me remplit de sérénité. Sans plus faire attention à Kiefer, je m'approche d'elle et pose mon front contre son encolure doucâtre. J'entend sa respiration forte et ressens les vibrations puissantes de tous ses muscles qui m'appellent. Je caresse ses flancs en lui murmurant quelques mots. Je suis si heureuse de te retrouver, Allas, tu m'as manquée. Merci d'être là, de faire en sorte que je ne sois plus seule au monde. Je m'applique avec soin à la brosser et à l'harnacher. Ces mouvements me sont familiers que je les exécute de façon machinale. Je jette un coup d'oeil au cheval de Kiefer et retiens mon souffle devant sa grande beauté. Ça, c'est du cheval! Je m'éloigne de ma précieuse amie pour examiner la bête quelques instants. Elle semble en parfaite santé, toute en finesse et en puissance. Lorsque Kiefer me confie qu'il aime aussi la musique, j'en ressens une joie secrète. Je devais m'y attendre, car c'est un homme cultivé et très intelligent. Mais certains grands fronts n'ont que faire de la musique. Quelle est ma surprise encore, lorsqu'il me dit prêt à me jouer un morceau de piano! Mes trippes se serrent de façon agréable et je le gratifie d'un sourire éclatant. Je me dis que je devrai aussi lui chanter quelques pièces, ou lui en jouer à la harpe ou au piano. La musique a fait partie de notre éducation, à moi et mes frères, et moi d'autant plus que j'étais dispensée de la partie militaire. Je suis donc ravie que mon mari partage cet intérêt pour le plus bel art qui existe.

Ainsi, nous partons à la conquête des rues de Lassian. Je trouve que de tenter l'expérience est un peu tôt, puisque le peuple ne me connaît pas encore, mais j'ai confiance en Kiefer, et la présence de Allastra me rassure. Elle fend la foule avec son habituel calme, la tête haute, le regard avertisseur. Quiconque tenterait de m'approcher de trop près aurait à faire avec elle! Je sens Kiefer plus nerveux, il me regarde souvent, comme s'il avait peur que je retourne au château en courant. Non. Je serre les dents devant tous ces regards. Le fait est que je suis habituée à ce genre de scène. Chez moi, les gens regardent la royauté d'un très mauvais oeil. J'en ai à chaque fois des frissons dans le dos. Je vois ici de la curiosité plutôt que de l'hostilité, alors je me sens rassurée. J'offre des sourires timides à quelques passants et me force à ne rien penser. Les ballottements de mon estomac se sont estompés heureusement, et le soleil caresse doucement ma peau. L'air frais s'engouffre à grande goulées dans mes poumons. Quelle belle journée d'automne! Je me concentre sur ce point plutôt que sur les passants curieux et la traversée de la ville se déroule dans encombre notoire.

C'est une fois hors de la ville que je goûte vraiment au plaisir de cette prommenade entre "amoureux". Lorsqu'aux sabots de ma jument s'étendent de doux champs de lavande. J'ai beau plisser les yeux, je n'arrive pas à en distinguer la fin. Je me sens subjuguée par cette vision de rêve. Qui aurait pu soupçonner qu'un si bel endroit puisse exister en Aleagar? Dans le monde entier? Facilement émue, j'ai les larmes aux yeux devant la beauté extraordinaire de l'endroit. Une brise me caresse le visage, mais elle n'est rien comparée à main de Kiefer. Je souris, souris encore. Je n'ai d'autre mot que: "Wow". Cette étendue presque sauvage me donne envie de pousser de grands cris, ces cris libérateurs qui vident votre poitrine de toute pression. Je lance des regards complices à Kiefer, et je sens que nous sommes dans le même état d'esprit. Lorsque son défi est lancé, je ne perds pas mon temps pour l'accepter.

Moi et Allastra avons déjà bondi en avant. Je sens sous moi son corps puissant qui s'emballe sous l'effort mêlé de cet élan incomparable de liberté. Le vent me fouette le visage et pousse mon corps. L'air se fraie un chemin entre les plis de ma robe, entre mes cheveux qui s'envolent comme des tentacules folles. Mon corps ne fait plus qu'un avec ma jument qui semble flotter à travers la pleine. La tête vide, je hurle de joie, et mon cri se répercute en des centaines d'échos. La vitesse m'enivre et me fait oublier la douleur de la position et l'effort pour rester accrocher. Je suis à la fin du champ en moins de deux. Nous ralentissons et nous nous arrêtons, haletantes mais joyeuses. J'attend Kiefer, descendue de cheval, les bras croisées et la moue moqueuse.

-Je crains que vous ne m'arriviez pas à la cheville, je me moque gentillement.

Lorsqu'il descent de cheval, je cours dans sa direction et me jette dans ses bras, le coeur battant d'émotion.

-Oh! Quel bel endroit! Quelle sensation de liberté!

Je reste blottie contre lui un moment, ne pouvant m'empêcher de sourire. La joie m'emporte décidément. J'ai envie de la partager avec Kiefer, alors voilà ce qui explique mon élan d'affection. Je me détache de lui un peu à contre-coeur pour aller m'étendre dans les herbres hautes bordant les fleurs. Ces filins de verdure sont doux sur ma peau, ils sont tièdes et doux. Je ferme les yeux, goûtant au soleil. Je me sens dans un autre univers, comme si je n'étais plus moi-même. Pourtant, c'est bien moi, étendue dans l'herbe. Simplement plus libre que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiefer
Admin au riz - Roi de Lassian

avatar

Masculin Messages : 159
Date d'inscription : 24/01/2010
Âge : 25
Aura : Indigo

Personnage
État civil: Marié à Cédrelle
Magie: Nécromancie
Petites notes:

MessageSujet: Re: Balade matinale [Pv Cédrelle]   Lun 15 Mar - 18:28

Bien sûr, à quoi d'autre est-ce que je m'attendais ? La fantastique cavalière m'a battue à pleine couture ! Je me sens quelque peu humilié en la rejoignant au petit galop. Aussitôt que je met pied à terre, elle me saute dans les bras, dans un sursaut de joie. Je reste abasourdi devant cet élan soudain d'affection. Comment dois-je réagir... ? Mais voyons, Kiefer ! Habituellement, tu ne te poses jamais ce genre de questions stupides ! J'y vais avec mon instinct, je lui rend chaleureusement son étreinte. Son contact est si doux, si agréable... J'aimerais m'y blottir toute ma vie. Ce n'est plus une simple attirance physique, il y a quelque chose d'autre... que j'essaie d'identifier mais qui m'échappe sans cesse. Je ne me comprends pas moi-même.

Je l'observe se coucher dans l'herbe haute et fraîche. Laissant les chevaux brouter, je m'approche subrepticement d'elle. Son visage exprime une parfaite quiétude. Ses paupières closes, ses lèvres invitantes... me donnent envie de l'embrasser, mais je me contiens. J'ai peur de gâcher ce moment si merveilleux. J'ai l'impression, sans pouvoir tout à fait me l'expliquer, que je suis en train de vivre quelque chose d'unique...

-Bienvenue à Lassian que je me contente de lui dire en guise de réponse.

Je me laisse tomber dans l'herbe à côté d'elle. Cédrelle a raison, la sensation de liberté est grisante. Aucun traquas ne me vient en tête, mon esprit est simplement... vide. Seule la brise souffle à l'intérieur, agitant les pousses de lavandes à mes côtés. C'est un moment si heureux que je ne peux que le vivre pleinement, une seconde à la fois, sans jamais anticiper l'autre. Je cueille la branche de lavande qui me frôle. J'observe un instant la minutie et le détail de chaque petit pétale de la fleur. Je m'approche silencieusement de Cédrelle et je lui chatouille le visage avec la fleur. Cela lui prend quelques secondes avant de réaliser que c'est moi qui la taquine. Elle ouvre les yeux, un sourire étirent ses lèvres. Encore une fois, je ne peux rester indifférent devant sa beauté. Je m'agite, essayant de trouver une position plus propice pour dissimiler le soupçon de gêne que mes sentiments m'apportent.

-Et qu'elles sont les exigences de l'heureuse gagnante ? je lui dis sur un ton faussement jaloux. Je crains d'être désormais à votre entière disposition.

Je me sens comme un gamin qui courtise sa première fille et qui n'a aucune chance. J'espère seulement ne pas me transformer en sa victime... Vous savez le coup des fesses de la poupée? Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu, eh bien, je vais vous le raconter. Enfant, alors que je m'étais aventuré sur le terrain glissant et inconnu d'une jeune fille de mon âge, je devins son infortunée victime. Elle m'exhorta à fermer les yeux et alors, m'attendant à ce qu'elle m'offre un baiser, je bombai un peu les lèvres, lorsque j'ouvris les yeux, je me retrouvai entrain d'embrasser les fesses de sa poupée! Vous imaginez ? Ce fut une totale humiliation et je ne revis plus jamais cette fillette qui n'était pas de Lassian, d'ailleurs, très heureusement pour moi...

Je rigole en me remémorant ce souvenir absurde. Cédrelle m'observe drôlement, je lui rend son regard. J'approche encore ma branche de lavande et je chatouille son visage avec un petit sourire malicieux totalement puéril. Ça fait bien longtemps que je l'ai offert à quelque, celui-là. Je crois qu'il date de l'avènement de la poupée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleagar.forumactif.com
Cédrelle
Admin Michante - Reine de Lassian

avatar

Féminin Messages : 99
Date d'inscription : 24/01/2010
Âge : 25
Aura : Rose

Personnage
État civil: Mariée à Kiefer
Magie: Légilimancie
Petites notes:

MessageSujet: Re: Balade matinale [Pv Cédrelle]   Lun 15 Mar - 19:59

Bienvenue à Lassian. Je souris encore plus fortement. Si je continue, mes joues vont éclater sous l'effort. Je n'ai pas sourit comme cela depuis un long moment. C'est si facile avec Kiefer! Je ne me serais jamais attendu à un résultat semblable après ma première nuit de mariage. J'en profitais pleinement. Bienvenue à Lassian. Ces mots se répercutaient comme des milliers d'échos sous mon crâne. J'entend le son du vent qui secoue les herbes hautes et le feuillage des grands arbres. Et celui des oiseaux qui gazouillent. Ou... sont-ils simplement dans ma tête? Je ne sais pas. Depuis cette course folle à travers les champs de lavande, je me sens étourdie par la sensation de liberté. Je suis adulte, aujourd'hui et presque totalement libre. La seule chose qui me tient enchaînée est ce beau jeune homme étendu à mes côtés. Disons qu'il y a pire dans la vie! Mais ce qui m'emplit de joie c'est l'absence d'une gouvernante à mes côtés qui critique le moindre de mes faits et gestes, qui m'intime de me tenir plus droite ou d'enfiler une autre robe immédiatement. À moi ces décolletés interdits! Ai-je vraiment pensé cela? Il semblerait bien que oui... Ah et puis on s'en fiche! Je ne suis plus la petite princesse à papa, surprotégée par deux frères inquiets. Je me sens si bien que j'hurlerais à nouveau. Il y a un poids qui s'est envolé de mes épaules. Je sais déjà qu'il reviendra, mais au moins, je sais profiter de ce moment unique en compagnie de la personne la plus... mystérieuse et attirante que je connaisse.

Mes yeux se ferment de bonheur. Je reste un instant qui me paraît des heures étendue dans l'herbe. Ai-je dormi? Je ne saurais dire. Ma paisibilité est soudainement mise à l'épreuve par quelque chose qui me caresse la peau. Mes paupières se plissent et je repousse ce brin d'herbe indésiré. Lorsqu'il revient à la charge, j'ouvre les yeux et tombe sur le visage moqueur de mon mari. Comme il paraît séduisant en cet instant merveilleux! Mon estomac se tord de façon étrange. Je souris, mais mes lèvres retombent rapdiement. Son parfum puissant et doux à la fois m'emplit les narines. Je me sens chamboulée sans pouvoir l'expliquer. Je n'ai jamais été très à l'aise avec les hommes, je le crains. Mais avec Kiefer, ce n'est pas ça. Non. Je suis à ma place près de lui, et c'est certainement ce qui me trouble le plus. J'ai envie de me... coller à lui. D'être plus intime que jamais avec quelqu'un. Je veux expérimenter, découvrir tout un pan de vie que je n'ai jamais même pensé à auparavant. Encore d'avantage, je sens qu'il serait vraiment le genre d'homme que je pourrais aimer. Celui qu'il me faut. Je ne puis énumérer un seul défaut de mon mari. Il en a probablement. Mais elles me paraîtront si complémentaires à mon propre être que je ne puis le blâmer.

Il se retourne un peu, une ombre bizarre passe sur son visage. Serait-ce... de la gêne? Je dois m'être trompée! Impossible! Je suis la timide des deux, non? Il me dit être à mon entière disposition puisque j'ai gagné notre petite joute amicale. Je me rappelle son grand cri, avant qu'il ne parte comme un coup de vent: ''le dernier au bout perd!". Dans ce cas, je suis vraiment la grande gagnante. Mais que puis-je bien exiger de Kiefer que je n'ai déjà? Toute l'attention du monde me revient, il m'a déjà promis un morceau de piano... Mmmm... Je ne suis pas celle qui demande, mais qui donne. La situation me prend au dépourvu. Je laisse coite un moment, cherchant désespérément quelque chose qui pourrait me faire plaisir en ce moment.

Je cherche de l'aide en son visage, mais le voilà reparti dans l'exploration de ses souvenirs. Avec un léger soupir, je ressens la tentation de lire son esprit de façon si intense que j'ai peine à me contenir. Encore plus forte que celle de tendre la main pour toucher son visage, la langue sournoise de ma curiosité magique vient lécher son esprit. Le premier contact me donne des frissons de plaisir non contenus. Je suis totalement dans l'interdit. Mais c'est si bon que je continue. J'arrive dans l'étendue houleuse des pensées de Kiefer. Une histoire flotte en surface, là où les pensées immédiates se rassemblent. J'assiste à une scène des plus cocasses dans sa tête et ne puis m'empêcher de lâcher un petit rire. Je quitte aussitôt sa tête pour retourner, honteuse, à la mienne. A-t-il vraiment embrassé des fesses de poupée? La fillette qui lui a joué ce mauvais tour a vraiment du culot. Le rire me reprend, et le regard interrogatif de Kiefer se pose sur moi. Je retiens mon rire, même s'il emplit ma poitrine. Je ferais mieux de faire attention... S'il devait découvrir ma nature, qui sait ce qui pourrait se passer? Je recule donc, me crispe un peu, mais trouve rapidement une excuse.

-Pardon... je me suis perdue dans mes pensées. Des scénarios très drôles me sont venus.

Je change rapidement de sujet.

-Eh bien... J'ai aucune idée.

Je le gratifie d'un regard joueur et d'un sourire séducteur.

-Et vous? Que voudriez-vous que je vous demande?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiefer
Admin au riz - Roi de Lassian

avatar

Masculin Messages : 159
Date d'inscription : 24/01/2010
Âge : 25
Aura : Indigo

Personnage
État civil: Marié à Cédrelle
Magie: Nécromancie
Petites notes:

MessageSujet: Re: Balade matinale [Pv Cédrelle]   Mar 16 Mar - 20:33

Elle est bizarre... Comment a-t-elle pu, justement, se ressasser un souvenir cocasse à l'exact moment où je pensais à ce vieil incident ? Louche... C'est ce que je ne peux m'empêcher de penser... Mon expression faciale reflète mes pensées, je fronce les sourcils et affiche un air interrogateur. Non. Elle n'aurait quand même pas pu me lire? Je sais que ça existe, mais... Non. Je relègue cette supposition loin dans les tréfonds de mon esprit et je me concentre sur le moment présent qui est trop délicieux pour être utilisé à d'autre fin que de le déguster pleinement. Elle ne sait pas quoi me demander ? Intéressant... Moi, à sa place, je n'aurais pas hésiter. Héhé, je rigole intérieurement à mon idée. En même temps, j'observe le visage de Cédrelle pour voir s'il s'y passe quelque chose. Rien. Peut-être n'était-ce qu'une coïncidence ? Peut-être...

-Voyons voir. Vous pouvez tout me demander, je suis votre obligé. Je peux vous montrer le sommet des Montagnes, le visage des plages argentées d'Ismael ou le côté plus sombre des forêts. C'est selon vos goûts. Il est de coutume, après un mariage à Lassian, que les nouveaux époux fassent un voyage. D'ailleurs, on ne devrait pas tarder à m'en parler à la cour, vous savez comment les domestiques commèrent, vous en avez aussi bien l'expérience que moi... Il ne faudrait pas déroger aux traditions, sans cela nous risquons de bouleverser le peuple et toute notre équilibre intérieur. Et ça, bon dieu, un roi ne pourrait se le permettre ! Alors, où souhaitez-vous aller ?

J'observe sa réaction alors que je m'adonne à ce tsunami verbal. J'ai largement exagéré mes propos pour tomber dans le ridicule. Elle doit se demander quelle sorte de mari elle a là! J'arrête mon regard sur ses lèvres invitantes... Je me remémore le goût du baiser de la veille, son odeur de cannelle et de vanille... Cette sensation de pur bien-être. Toutefois, tout est allé trop furtivement, sans même que je m'en aperçoive sur le coup. J'ai envie de retenter l'expérience, mais je crains qu'elle ne me repousse... Ah et puis elle m'a bien embrassé, ce matin sans crier gare ? Ce jeu-là se joue à deux! Je m'approche de quelques pas. Je me met en position de petit bonhomme devant elle. J'approche mon visage du sien, je plante mes yeux dans ses yeux. Je sens qu'une énergie passe. Le vent agite ses cheveux, lèchent doucement ses joues rosées. Je pose ma main sur son menton, caresse son cou de cygne. Nos respiration me semblent ne faire plus qu'une.

-Me donnez-vous la permission... de vous embrasser ?

Je reste sur mes réserves, je me remémore les évènements d'hier et je me mord les doigts face à mon évident manque de tact à ce moment. Je lui ai fait peur et je ne veux pas qu'elle me repousse de nouveau. Je ne le supporterais pas... D'autant plus que je ne sais pas exactement ce qu'elle cherche. Tantôt, elle me repousse, tantôt, elle semble vouloir m'attirer avec elle... Ah! Les femmes! Jamais à ne savoir ce qu'elles veulent ! Pour nous, hommes, c'est pourtant si simple. Un peu d'attention et nous sommes comblés comme des chats... Si on avait de grandes oreilles et une fourrure sur le dos, certainement, on ronronnerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleagar.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balade matinale [Pv Cédrelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Balade matinale [Pv Cédrelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aleagar :: Page Deuxième: Lassian :: La Cité fantastique :: Les Champs-